Postée le 29/04/2014 par ASBH Marie Pierre

 

1984. Finale du championnat de France Béziers-Agen au Parc des Princes.

 

8e minute, pénalité de Papy Fort. 10e minute, pénalité de Viviés, ASB 3 Agen 3. 16e minute, pénalité de Fort, ASB 6 – Agen 3. 35e minute, drop d'Escande, ASB 9 - Agen 3 (mi-temps). 43e minute, essai de Delbreil, transformation de Viviès, ASB 9 -  Agen 9. 56e minute, pénalité de Viviés, ASB 9 - Agen 12. 65e minute, pénalité de Fort. ASB 12 – Agen 12. On va recourir aux prolongations. 81e, pénalité de Fort, ASBH 15 Agen 12. 82e, Drop de Delage ASB 15 Agen 15.

 

A partir de là, les Biterrois Bonhoure, Fort et Escande vont bombarder le camp agenais et presser par des montées rapides pour maintenir les Agenais sur leur ligne. Lassé de subir, Sella va faire le choix d'une relance hasardeuse sous ses poteaux. La ligne défensive biterroise est montée et Sella tente le tout pour le tout avec son ailier Bérot. Malheureusement pour le centre agenais, l'action était prévisible et Médina va anticiper et intercepter aux 20 mètres pour finir victorieusement sa course dans l'en-but adverse (85e). Fort ajuste la transformation. ASB 21 – Agen 15. Agen n'a pas dit son dernier mot et va revenir au score grâce à 2 pénalités de Viviés. ASB 21 – Agen 21 après 110 minutes de jeu.

 

La finale ne peut-être rejoué car le lendemain, les internationaux français partent en tournée en Nouvelle Zélande. C'est la raison pour laquelle la FFR avait prévu en cas d'égalité de recourir à la séance des tirs au but. Pour Béziers, Papy Fort, Philippe Bonhoure et Michel Fabre sont désignés. A Agen, il s'agit de Montlaur, Bernard Viviès et Mothe. Tentative de Fort passe à côté. Celle de Montlaur aussi. Michel Fabre ajuste les poteaux, et Bonhoure aussi. Bernard Viviés qui a réussi des centaines de pénalités va tenter la sienne et la rate. Béziers ne peut plus être rejoint. Béziers est champion de France. Armand Vaquerin qui avait suivi cette séance assis sur le banc avancé sur la pelouse et la tête dans les mains, ne se fiant qu'aux applaudissements du public peut exulter. Il va recevoir et porter à bout de bras son 10e bouclier.

 

L'équipe de l'ASB  championne de France: Bonhoure ;  Fabre, Joguet, Fort, Médina ; Escande (o), Vachier (m) ; Lacans (cap), Bagnaud, Cordier ; Palmié, Wolff ; Martin, Minarro (Chamayou 88e), Armand Vaquerin.

 

 

1974. Finale du championnat de France Béziers – Narbonne au Parc des Princes.

 

Cette finale était étoilée par une constellation d'internationaux des deux camps. Une finale mémorable gravée à jamais dans la mémoire des amateurs de rugby. Jean Pierre Pesteil di Pepette sera du haut de ses 19 ans, titularisé la veille au soir de la rencontre, car René Séguier s'était ressenti lors de la dernière mise en place dans le parc de l'hôtel à Valbiévre, d'une douleur à la cuisse. Du coup, Pepette passait 15 et Cantoni 11. L'ASB s'alignait comme suit : Pesteil ; Navarro, Cosentino, Ciéply, Cantoni ; Cabrol (o), Astre (m, cap.) ; Estève, Buonomo, Saisset ; Palmié, Senal ; Martin, Paco, Armand Vaquerin. Le RC Narbonne se présentait ainsi : BénacloÏ ; Ferrero, Viard, Sangali, Dumas ; Maso (o), Sutra (m) ; Belzons, Walter Spanghero, Montlaur ; Jean-Marie Spanghero, Claude Spanghero ; Canaguier, Salettes, Hortoland.

 

Ce match était plein de symboles. La finale du Languedoc allait se jouer à Paris. Les Champs Elysée étaient pavoisés de bleu et rouge et d'orange et noir. Le camion de promotion du vin était stationné sur la plus belle avenue du monde et ils sont nombreux ceux qui ont pu le déguster et en apprécier les bienfaits. Si à l'encontre de la finale jouée en 84, il n'y a pas eu besoin d'aller au bout des prolongations, le final fut une fois de plus gravé dans le marbre grâce à une filouterie de Richard Astre. Il annonça une touche courte à quatre alors que la commande aurait dû revenir aux Narbonnais. Cet alignement raccourci était de nature à mettre Claude Spanghero en difficulté alors qu'il avait été jusque-là le maître des airs. Ce qui devait arriver arriva. A cet instant du match, Béziers mené 13-14 grappillait le ballon grâce à Palmié. Astre alertait Riton Cabrol qui dans un trou de souris ajustait le drop de la victoire. ASB 16 Narbonne 14

 

Béziers venait d'obtenir le 4e bouclier de son histoire. Après celui de 61, 71 et 72 Béziers attaquait sa série des deux boucliers gagnés, la troisième année étant celle de la disette. Aujourd'hui, à quelques heures du derby Narbonne-ASBH, les Biterrois ont deux bougies à souffler. Celle des 30 ans face à Agen et celle des 40 face à Narbonne. Que ce moment d'histoire inspire les Biterrois ce dimanche au Parc des Sports et de l'Amitié.

 

Christian Brualla

 

 
Déjà 30 et 40 ans que Béziers s'appropriait le Bouclier de Brennus